La Journée Internationale des Femmes : une histoire de luttes

Les femmes et le handicap

109 ans après sa création « officielle », retour sur l’histoire de la Journée Internationale des Femmes, aujourd’hui fixée le 8 mars. Une journée qui a connue beaucoup de variations à travers le temps.

L’histoire du 8 mars commence… le 28 février 1909, aux États-Unis. Ce jour-là, la première « Journée nationale de la Femme » est célébrée sur tout le territoire américain, à l’initiative du Parti Socialiste. Objectif de l’époque : militer pour l’égalité des droits civiques. De l’autre côté de l’Atlantique, les échos de la manifestation interpellent Clara Zetkin, enseignante, journaliste et femme politique allemande. Très avant-gardiste (voire révolutionnaire) sur la question de la place des femmes, elle convoque la deuxième conférence internationale des femmes socialistes à Copenhague, et propose l’instauration d’une « Journée internationale des femmes », en l’imaginant comme un outil pour obtenir le droit de vote. La suggestion est adoptée sur le champ, mais aucune date n’est fixée.

Clara Zetkin en 1897
Clara Zetkin à 40 ans, en 1897



19 mars 1911 : les femmes sont dans la rue

Dans le cadre de la Journée internationale des femmes décidée l’année précédente, les femmes se font entendre. Entre l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark et la Suisse, elles sont plus d’un million à défiler pour réclamer le droit au travail, à la formation professionnelle et l’arrêt des discriminations sur le lieu de travail. En parallèle, la Russie célèbre une « Journée internationale des ouvrières » le 3 mars 1913 puis… le 8 mars 1914.

La journée des femmes en Allemagne en 1911
La Journée des Femmes en Allemagne, 19 mars 1911



8 mars 1914 : pour le droit de vote

Pendant que la Russie fête ses ouvrières, c’est le « Frauen Tag » en Allemagne, le « Jour des Femmes ». Elles en profitent pour demander le droit de vote, qu’elles obtiendront 4 ans plus tard.
Encouragées par toutes ces manifestations, 6000 françaises défilent dans les rues de Paris le 5 juillet 1914, après le refus du gouvernement de leur accorder le droit de vote. C’est la première « Journée des femmes » de France.
Mais malgré la structuration du mouvement, l’arrivée de la Première Guerre Mondiale met un frein à la mobilisation, jusqu’en 1917.

Les femmes russes dans la rue en 1917
La Journée des Femmes en Allemagne, 19 mars 1911



8 mars 1917 : la révolution russe

La guerre fait rage depuis près de 3 ans, 2 millions de soldats russes sont morts, et les femmes du pays en ont assez. Le 8 mars 1917 , à l’occasion de leur « Journée internationale », ouvrières et ménagères battent le pavé des rues de Pétrograd (l’actuelle Saint-Pétersbourg), pour obtenir « du pain et la paix ». Rejointes par de nombreuses et nombreux compatriotes, elles font finalement tomber le régime tsariste en seulement 4 jours. Cette journée du 8 mars 1917 n’est ni plus ni moins que le point de départ de la révolution russe, qui aboutira en octobre de la même année à la prise de pouvoir des bolcheviks.



8 mars 1921 : la Journée internationale des femmes est officielle !

Et c’est Vladimir Ilitch Oulianov, plus connu sous le nom de Lénine, qui déclare le 8 mars, en souvenir de la manifestation de 1917, la « Journée internationale des femmes ». Il rappelle dans son discours que « même dans les plus démocratiques des républiques bourgeoises, [les femmes] restent devant la loi des êtres inférieurs à l'homme ; elles sont de véritables esclaves domestiques, car c'est à elles qu'incombe le travail mesquin, ingrat, dur, abrutissant de la cuisine et du ménage ».
Il faudra cependant attendre la fin de la Seconde Guerre Mondiale pour que cette journée fasse l’objet de manifestations régulières.


Les suffragettes : 15 ans de lutte

Le combat pour les droits des femmes s’est déroulé sur de nombreux fronts. En parallèle des actions impulsées par les socialistes, les suffragettes luttent dès 1903, et ce jusqu’en 1918. Mouvement de femmes apparu en Grande-Bretagne, il se caractérise par sa volonté de mener des actions concrètes, souvent spectaculaires, pour obtenir l’égalité politique des deux sexes. Si leur histoire est spécifique, les suffragettes ont, directement ou non, participé à l’émergence de la journée des femmes.



8 mars 1948 : la France emboîte le pas

La Journée internationale des femmes se généralise dans les pays de l’Est dès 1946, mais également dans la plupart des pays occidentaux. En France, le 8 mars 1948 marque le premier mouvement national des femmes. Elles sont ainsi près de 150 000 à défiler, entre Paris, Marseille, Lille et Lyon. Désormais, des actions fortes en faveur des femmes seront menées les 8 mars. Par exemple en 1956, avec le dépôt des statuts de l’association « La Maternité Heureuse », qui prône le droit de contrôler les naissances. À cette époque, la loi interdit depuis 1920 la contraception et l’avortement.

Les femmes françaises dans la rue en 1948
Les françaises défilent le 8 mars 1948



1977 : l’ONU instaure la Journée internationale de la femme

Le 16 décembre 1977, l’Organisation des Nations Unies « invite tous les États à proclamer, comme il conviendra en fonction de leurs traditions et coutumes historiques et nationales, un jour de l’année Journée des Nations Unies pour les droits de la femme et la paix internationale ». Notez la mention de « la femme », et non pas « des femmes », une erreur de traduction française que l’ONU va s’efforcer de rectifier les années suivantes.



8 mars 1982 : la Journée internationale pour les Droits des femmes voit le jour en France

C’est à l’initiative du Mouvement de Libération des Femmes (MLF) et de la ministre aux Droits des femmes Yvette Roudy que la France accorde un statut officiel au 8 mars, malgré l’absence de loi ou de décret. L’année marque un tournant dans la lutte pour l’égalité femmes/hommes, avec, par exemple, la réforme de 1985 qui reconnaît les époux comme véritablement égaux aux yeux de la loi.

8 mars 1982 : le Président de la République François Mitterrand reçoit 400 femmes à l’Élysée





8 mars 2019 : et après ?

La Journée internationale des femmes (ou des Droits des femmes) est désormais une institution internationale, propice à la tenue de nombreux évènements à travers le monde, pour rappeler que l’égalité femme/homme n’est toujours pas atteinte, que ce soit en termes de salaire, d’accès à la formation, à l’emploi, etc.
Et surtout, n’oublions pas le plus important : le 8 mars, c’est 365 jours par an !